Kos, la belle sauvage du Dodécanèse

A quelques encablures des côtes turques, non loin de Rhodes la fougueuse se trouve l’île de Kos. Très loin de la jet-set des Cyclades ou de l’agitation athénienne, Kos se caractérise par sa douceur de vivre, ses plages paradisiaques et la détente de ses habitants. Il fait bon vivre à Kos ou l’on cultive l’amande, l’olive et la vigne et ou l’on est heureux d’accueillir à sa table les visiteurs.

Luxe, calme et volupté

S’il est une chose qui frappe les visiteurs à Kos se sont ses magnifiques plages de sable fin donnant sur une mer d’huile d’un bleu cristallin. Si l’on cherche à faire la fête et à rencontrer du monde on privilégiera les plages de Marmari ou Kefalos, si l’on cherche le farniente et la quiétude on se tournera plutôt vers la petite ville de bord de mer de Tigkaki par-exemple alors que les amateurs de nature sauvage pousseront jusqu’à la côte orientale de l’île encore largement méconnue et moins accessible. Je vous l’ai dit il y en a pour tous les goûts à Kos.

Une nature époustouflante

Mais Kos ça ne sont pas que des plages. C’est aussi l’île la plus verdoyante de la région qui offre des paysages de nature superbes ainsi que de nombreuses sources d’eau qui sauront rafraîchir les randonneurs à la recherche d’une flore dense et luxuriante. Le parc naturel de Zia, en plein cœur de l’île, vous offrira une vue à couper le souffle sur une bonne partie de l’île ainsi que sur ses côtes et la mer d’un bleu profond. Le petit village à flanc de montagne à l’entrée du parc vous ravira par ses tavernes et son charme tout pittoresque. Et si vous visitez le parc le matin c’est avec un plaisir non-feint que vous vous attablerez pour déguster une cuisine méditerranéenne aux influences s’étendant bien au-delà de la cuisine grecque typique.

Car Kos c’est aussi une grande diversité, une importante mixité, à moins d’une vingtaine de kilomètres de la ville de Bodrum en Turquie, Kos est un point d’échange, un relais des cultures. Il sera ainsi plaisant de voir se côtoyer minarets et clochers dans la capitale éponyme de l’île. L’influence extérieure ne se limite cependant pas à la Turquie puisque l’île, après avoir fait partie de l’Empire ottoman, a été un point de passage des croisés ainsi qu’un territoire italien et n’a été restituée à la Grèce qu’en 1947. C’est donc ce bouillon de culture que l’on vient aussi chercher à Kos.

C'est avec un plaisir non-feint que vous vous attablerez pour déguster une cuisine méditerranéenne aux influences s'étendant bien au-delà de la cuisine grecque typique.

Un formidable patrimoine

Car l’Histoire de Kos est riche, très riche. Hippocrate y est né et c’est là qu’il fonda, durant l’ère Classique, la toute première école de médecine. C’est sous le vieux platane au centre de la ville de Kos qu’il aurait dispenser ses premiers cours de médecine et l’on peut visiter l’Asclépiéion, sanctuaire dédié à Asclépios mais surtout l’un des premiers hôpitaux bâti par les disciples d’Hippocrate. Il est par ailleurs dans un remarquable état de conservation et d’une dimension tout à fait imposante. L’Asclépiéion est loin d’être le seul vestige de l’île et les héllenistes et autres amateurs d’archéologie s’en donneront à cœur joie entre le gymnasium, les maisons romaines, l’ancien théâtre ou encore le musée d’archéologie et sa superbe statue de la déesse Diane. Les amateurs d’Histoire plus récente ne seront pas en reste entre les fortifications de l’époque des Croisades, le château byzantin d’Antimachia ou la très belle, mais malheureusement en très mauvais état et interdite à la visite, mosquée de Gazi Hassan Pasha.

Une situation idéale

Vous l’aurez compris l’île dispose de nombreux atouts mais parmi eux il y en a un que j’ai évoqué mais sur lequel je voudrais revenir et c’est sa situation géographique. Après une heure de bateau vous pourrez vous promener dans les souks de Bodrum en Turquie, Rhodes est à quelques encablures et est accessible en bateau dans le cadre d’un tour du Dodécanèse et à moins d’une heure de bateau se trouvent les îles de Plati, Pserimos et Kalymnos, réputées pour leur pêcheurs d’éponge ainsi que pour leur mer scintillante et leurs paysages montagneux abruptes. Idéalement située, encore méconnue, l’île vous ravira entre mer et nature, culture et farniente, au croisement de différentes cultures. Et s’il vous reste encore quelques instants malgré votre programme déjà chargé, je vous enjoins à profiter d’une dégustation de vin local.

Nous espérons que cet article vous a plu, pour continuer à découvrir la Grèce n'hésitez pas à nous suivre sur facebook ou instagram

L’équipe grece.io